Les autorités italiennes finalisent les licences de jeux d’argent en ligne

Détails du processus d’attribution de permis

Depuis début 2018 un gouvernement de coalition est en place en Italie. Il est contre les jeux d’argent en ligne. Toutefois, le régime précédent, avant de quitter le pouvoir,  a restructuré le cadre d’octroi des licences de jeux d’argent en ligne dans le pays. La restructuration est entrée en vigueur en janvier 2018, avant l’élection de la nouvelle coalition. Le régulateur des jeux en Italie est l’Agenzia delle Dogane dei Monopoli (ADM). À l’époque, il n’était possible de délivrer que 120 licences de jeux en ligne. Ces permis sont valables jusqu’au 31 décembre 2022. Ils couvriraient les cotes fixes et les paris sportifs regroupés, les jeux de table, les jeux de cartes et le poker, ainsi que les paris de bingo et de cotes fixes entre joueurs. Aucune disposition n’a été prise pour les loteries en ligne.

La date limite de présentation des demandes pour ces licences était le 19 mars 2019, mais ADM a délivré un certain nombre de licences avant cette date. Toutefois, le nombre de candidats a été inférieur aux prévisions. C’est parce que le nouveau gouvernement de coalition a introduit une interdiction générale de la publicité sur les jeux de hasard, qui comprenait l’interdiction pour les opérateurs de  jeux de hasard de sponsoriser les équipes et les événements sportifs. Il en coûtera 200 000 € (223 000 $ ; 176 000 £) pour obtenir une licence. Si les 120 licences étaient toutes délivrées, cela rapporterait 24 millions d’euros (27 millions de dollars US ; 21,2 millions de livres sterling).

ADM finalise la procédure

L’ADM a travaillé sur de nouvelles lois pour les jeux d’argent en ligne en Italie. Il s’agit notamment de procédures de lutte contre le blanchiment d’argent plus strictes et de l’augmentation des exigences vis-à-vis des clients lorsqu’ils s’inscrivent sur ces plateformes en ligne. L’organisme de réglementation a maintenant finalisé les licences de 67 nouveaux opérateurs de jeux de hasard en ligne. Vers la fin février, les permis d’un grand nombre de titulaires de permis existants ont été renouvelés. Parmi eux se trouvaient Microgame, Eurobet, Sisal et Snaitech. Parmi les 67 nouveaux détenteurs de licence, des opérateurs mondiaux tels que Betfair, Pokerstars, bwin, bet365 et William Hill peuvent désormais exploiter des plateformes de jeux en ligne dans le pays. Un certain nombre de nouveaux opérateurs de paris sportifs, tels que Pinnacle et Smarkets, ont également reçu des licences. Ces licences ont rapporté un total de 13,4 M€ (15 M€ ; 11,8 M£).

Les investisseurs surveilleront de près le rendement de ces nouveaux détenteurs de licence. Vers la fin de 2018, le gouvernement de coalition a augmenté les taxes sur les revenus des casinos en ligne de 20% à 25%. Ce fait devrait générer 51 millions d’euros (57 millions de dollars ; 45 millions de livres sterling) supplémentaires par an. La DGGA a rejeté les demandes de sept exploitants. Il s’agit de Rating Consulting, Play Live Ltd, Rabbit Entertainment, Goal & Gaming srl, Betclic Ltd, et Pi Piper Ltd. Goal & Gaming srl a déjà entamé la procédure d’appel devant le Tribunal administratif de Rome. On s’attend à ce que les autres opérateurs qui ont été refusés fassent également appel.

Be the first to reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *